COMPLET !

Merci cher Public pour votre enthousiasme et chers Comédiens pour vos talents

Les pensées sont les ombres de nos sentiments. Fr Nietzsche

du Mercredi 25 février au Dimanche 8 mars

LES LARMES DE NIETZSCHE 

d’Irvin YALOM, adaptation de Michel Wright

Si Nietzsche avait été soigné par le Dr Breuer, mentor du jeune Freud, la philosophie allemande aurait-elle été différente ?

Dans cette vertigineuse analyse, où l’on ne sait plus qui soigne qui, le talentueux psychiatre et le philosophe encore méconnu s’engagent dans une machiavélique partie d’échec.

Drôle, profond et subtil, le texte met en relief le sens d’une vie et l’amitié naissante entre deux géants.

D’après l’époustouflant roman « Nietzsche a pleuré« , créé pour la première fois sur scène en français et porté par une magnifique distribution qui maintient le public en haleine dans une intense jubilation de l’esprit !

Tout est vrai, sauf leur rencontre …

Avec :  Jean-Claude FRISON, Yves CLAESSENS, Rosalia CUEVAS & Benjamin THOMAS 
Mise en scène : Michel WRIGHT 

Création lumière & Régie : Sébastien COUCHARD

La création de « Les larmes de Nietzsche » est une coproduction de la Comédie Claude Volter  & des Utopies en marche Utopies_en_marche

Représentations du  25 février au 8 mars

du Mardi au Samedi à 20h15, le Dimanche à 16h

Relâche les Lundis

 

Durée du spectacle : 2h15  avec entracte

Ce que la presse en dit :

« Ce spectacle brille par sa pertinence et sa vivacité. Bravo à Michel Wright pour la maîtrise de la progression dramatique que les comédiens incarnent avec justesse » Jean CAMPION

« Le texte est magnifiquement servi par des comédiens au registre complémentaire. Cette pièce est une rencontre au sommet entre Nietzsche et Breuer ! Captivant ! Exaltant !  » Roger SIMONS

« Un brasier théâtral de toute grande envergure. On n’a plus qu’à se laisser porter et savourer le texte qui n’en finit pas de toucher juste, au cœur de l’humain. » D-H LEMAIRE

« Ils sont excellents tous les quatre, avec tout de même un coup de chapeau complémentaire à Jean-Claude Frison et à Yves Claessens, un «Nietzsche» d’une présence extraordinaire, entré dans la peau du personnage d’une manière vibrante, éclatante, pathétique, poignante. » J-C M.

Voir le teaser : ICI

 

Nietzsche_ web -